Voir les mini-cours qui ont également intéressés les lecteurs de ce cours :

Apprendre à écrire pour soi

Ce mini-cours s'adresse aux personnes qui ont envie d'écrire pour elles-mêmes, en dehors de toute contingence professionnelle, et qui n'arrivent pas à se décider. Si vous désirez vous lancer sans parvenir à le faire, les trois “leçons” de ce mini-cours pourront vous donner un coup de pouce.

ConclusionConclusionConclusionConclusionQuiz

Comment se mobiliser ?

Analyser ses motivations :

On peut considérer sous plusieurs angles, le désir qui pousse quelqu'un à écrire.

Il peut vouloir s'exprimer à travers des textes qu'on laisse venir spontanément au gré de son inspiration, dans le but de mieux se comprendre soi-même.

Vouloir communiquer à travers l'écrit pour exercer par exemple,une fonction à caractère journalistique dans un cadre associatif.

Enfin, vouloir établir par le biais d'un texte une relation avec un destinataire, lecteur imaginaire ou personne précise.

Vous pouvez aussi avoir envie de relater un événement marquant, de témoigner d'une époque révolue, de révéler un vécu intime, d'accuser la société, de régler vos comptes, de vous moquer des mœurs contemporaines, de rêver à un monde meilleur ou à un univers imaginaire, de faire enfin ce que l'on vous a toujours découragé de faire, de faire mieux que telle personne.… A vous de trouver vos raisons.

Ce qu'il faut arriver à préciser, c'est le pourquoi de votre envie d'écrire. Car c'est là que réside à la fois, la force qui vous motive et qui vous permettra de le faire, et celle qui vous inhibe et vous empêche de vous jeter à l'eau.

 

Choisir la forme la mieux adaptée à son projet :

Si quelqu'un veut raconter sa jeunesse à ses petits-enfants afin de leur faire partager ses expériences, toutes sortes de possibilités s'offrent à lui. Mémoires classiques sous forme de roman, mais aussi suite de textes courts juxtaposés dans le même recueil. Vous pouvez être spontanément attiré par un format court ou long, par la "réalité" ou plutôt par la fiction.

Les formats courts sont très variés. Pour vous aider, voici un petit inventaire non exhaustif : aphorismes, inventaires, célébrations, poèmes, portraits, lettres, articles, dialogues, paroles de chanson, sketchs, nouvelles. On peut y adjoindre bien entendu, photos et illustrations.

Formats longs : les chroniques, l'étude, la biographie, l'autobiographie, le roman, l'essai, la pièce de théâtre, le scénario…

La "réalité" : le reportage, le témoignage, le récit de voyage, le journal de bord, l'interview, la recherche historique, le scénario de documentaire.

La fiction : le polar, le thriller, la science-fiction, l'anticipation, le fantastique, le roman d'aventures, le drame intimiste, le récit "vécu", le roman historique, le roman d'amour, le roman philosophique, la comédie de mœurs, etc. Toutes ces catégories peuvent être courtes ou longues et envisagées avec plus ou moins de réalisme, d'imaginaire ou d'humour.

Composez-vous un menu sur mesure en piochant ce qui vous intéresse et en ajoutant ce qui vous manque. Pour bien vous décider, pensez à votre lecteur idéal comme à un interlocuteur privilégié. Que voulez-vous provoquer chez lui ? Rire, larmes, émotion, stimulation intellectuelle ?

Enfin choisissez le point de vue, c'est-à-dire si vous voulez écrire "Je", "Nous", ou "Il / Elle". On écrit à la première ou la troisième personne, mais on peut panacher en décrivant plusieurs points de vue. Par exemple, une histoire peut être racontée par trois personnages différents qui parlent chacun à tour de rôle. Dans ce cas, la juxtaposition des trois textes est l'idée du projet.


ConclusionConclusionConclusionConclusionQuiz
Voir les mini-cours qui ont également intéressés les lecteurs de ce cours :