Voir les mini-cours qui ont également intéressés les lecteurs de ce cours :

Apprendre à greffer les arbres et arbustres

Ce mini-cours va vous permettre d' apprendre deux techniques de base de la greffe d'arbres ou d'arbustes. Il s'adresse à toutes les personnes qui souhaitent découvrir les principes de la greffe et les expérimenter dans leur jardin.

ConclusionConclusionConclusionConclusionQuiz

La greffe.

Les raisons de greffer :

Le greffage consiste à fusionner un végétal (greffon) à un autre (sujet) qui deviendra son support nourricier. Les caractères des deux plantes peuvent alors se compléter. Par exemple, le greffon est choisi pour ses qualités esthétiques ou fructifères et le sujet pour sa vigueur et sa facilité de culture.

Le greffage a de nombreuses fonctions. Il sert à :

    Remplacer une mauvaise variété par une bonne ou rajeunir un arbre épuisé par la transfusion d'une sève nouvelle sans devoir arracher et replanter.
    Remplacer des branches fruitières ou charpentières qui manquent sur un arbre déjà développé.
    Regrouper deux arbres de sexe différent sur un même plant.
    Pour des arbres issus de semis, rendre fertile rapidement des arbres qui ne le seront que tardivement. Exemple : en greffant un rameau de poirier sur un sujet à rapide mise à fruit comme un cognassier.

le principe des affinités

Quand le greffon réussit à se souder au sujet, on dit qu'il y a affinité. Cependant cette affinité peut être plus ou moins grande et donc plus ou moins durable.

On reconnaît qu'une affinité n'est que partielle quand un bourrelet se forme à l'endroit de la greffe ou que le diamètre du sujet et celui du greffon sont trop différents.

Les conditions de succès :

    Le sujet et le greffon doivent être parents pour qu'il y ait affinité. Par exemple, le poirier de variété duchesse réussit très bien greffé sur un poirier commun.
    Les rameaux destinés à être greffés auront été coupés en hiver et mis en jauge (c'est-à-dire couchés dans un coin abrité du jardin et recouverts de terre ou de sable).

    La vigueur et l'époque d'entrée en végétation doivent être les mêmes pour le sujet et le greffon. Le sujet doit être assez fort pour recevoir le greffon. En greffant une espèce délicate sur un sujet faible, vous obtiendrez un arbre malingre.

    Le greffon doit comporter au moins 1 œil (bourgeon), si possible 2 ou 3.

    La meilleure période pour greffer est en principe le printemps, quand la sève est en mouvement.

    Les outils seront désinfectés pour éviter la transmission de parasites et de maladies.

<b><i>Enfouissez vos greffons dans un coin abrité.</i></b>

Les raisons de greffer :

Le greffage consiste à fusionner un végétal (greffon) à un autre (sujet) qui deviendra son support nourricier. Les caractères des deux plantes peuvent alors se compléter. Par exemple, le greffon est choisi pour ses qualités esthétiques ou fructifères et le sujet pour sa vigueur et sa facilité de culture.

Le greffage a de nombreuses fonctions. Il sert à :

    Remplacer une mauvaise variété par une bonne ou rajeunir un arbre épuisé par la transfusion d'une sève nouvelle sans devoir arracher et replanter.
    Remplacer des branches fruitières ou charpentières qui manquent sur un arbre déjà développé.
    Regrouper deux arbres de sexe différent sur un même plant.
    Pour des arbres issus de semis, rendre fertile rapidement des arbres qui ne le seront que tardivement. Exemple : en greffant un rameau de poirier sur un sujet à rapide mise à fruit comme un cognassier.

le principe des affinités

Quand le greffon réussit à se souder au sujet, on dit qu'il y a affinité. Cependant cette affinité peut être plus ou moins grande et donc plus ou moins durable.

On reconnaît qu'une affinité n'est que partielle quand un bourrelet se forme à l'endroit de la greffe ou que le diamètre du sujet et celui du greffon sont trop différents.

Les conditions de succès :

    Le sujet et le greffon doivent être parents pour qu'il y ait affinité. Par exemple, le poirier de variété duchesse réussit très bien greffé sur un poirier commun.
    Les rameaux destinés à être greffés auront été coupés en hiver et mis en jauge (c'est-à-dire couchés dans un coin abrité du jardin et recouverts de terre ou de sable).

    La vigueur et l'époque d'entrée en végétation doivent être les mêmes pour le sujet et le greffon. Le sujet doit être assez fort pour recevoir le greffon. En greffant une espèce délicate sur un sujet faible, vous obtiendrez un arbre malingre.

    Le greffon doit comporter au moins 1 œil (bourgeon), si possible 2 ou 3.

    La meilleure période pour greffer est en principe le printemps, quand la sève est en mouvement.

    Les outils seront désinfectés pour éviter la transmission de parasites et de maladies.

ConclusionConclusionConclusionConclusionQuiz