Apprendre à regarder un tableau

Ce mini cours va vous donner des notions pour décrypter un tableau, quel que soit son style ou son époque de production.Il s'adresse à toute personne qui, sans être érudite, aime flâner dans les musées, les expositions, les galeries d'art…

ConclusionConclusionConclusionConclusionQuiz

Savoir resituer le tableau dans son contexte

Toute œuvre d’art, quel que soit le monde qu’elle représente et la fonction qu’on lui attribue, est produite dans un contexte donné qui l’influence. C’est pourquoi le sujet comme le style d’un tableau sont le reflet d’une époque.
Quelques repères dans l’histoire de l’art vous aideront à identifier l’origine des sujets.

    Les sujets religieux

    Illustrations des textes sacrés, les sujets religieux que l’on retrouve à toutes les époques, sont également représentatifs du lien qu’entretiennent Eglise et Etat. Ainsi avant d’être Vierge à l’Enfant ou Piéta, la Vierge de l’époque byzantine (Ve au XIIe siècle) était représentée en Majesté et le Christ Pantocrator (tout puissant).

    Les sujets mythologiques

    Réhabilités à la Renaissance, les sujets mythologiques sont souvent l’œuvre de grands peintres épris de la Grèce Antique (Botticelli, Poussin…). Ces peintures érudites savamment composées narrent des épisodes de textes Anciens ou représentent des figures allégoriques. Leurs formats monumentaux étaient généralement destinés à décorer les demeures des Princes.

    Le portrait

    S’il existe depuis les origines de la peinture (au Moyen-Age, le commanditaire pouvait apparaître en vignette dans une scène religieuse), son développement est lié à l’apparition de la peinture de chevalet, au XIVe siècle. Le tableau pouvant être déplacé, transporté et donc vendu, le marché de l’art se développe, attirant aux côtés de l’Eglise et des Princes de nouveaux amateurs : les bourgeois et autres acteurs sociaux désireux d’être représentés dans leurs fonctions de pouvoir. Certains portraits de groupe donnent lieu à de savantes mises en scène (comme les Ménines de Velasquez). L’apparition de l’autoportrait coïncide quant à elle avec l’instauration du statut de peintre à l’aube de la Renaissance, quand son activité se distingue de celle des autres artisans.

    Le paysage

    Il devient autonome à partir du XVIe s, quand l’humanisme se dote d’une vision cosmique. Au XVIIIe siècle sont privilégiées les vues de ville. Le genre paysage prend son plein essor au XIXe siècle à la grande époque du Romantisme et de l’Impressionnisme.

    Les peintures d’histoire

    Ce genre le plus distingué dans les Académies et les Salons de Peinture, tombe brusquement en désuétude à l’apparition de la photographie.

    La nature morte

    Longtemps considérée comme un genre mineur, elle sort de l’ombre au XVIIIe siècle grâce au talent de Chardin et devient, notamment au tournant du XXe siècle, un sujet très prisé, au même titre que les scènes de genre et de la vie quotidienne.


L’apparition de la peinture abstraite, au début du XXe siècle participe de l’abolition de ce classement par genre et du désir de donner à voir d’autres dimensions du monde : l’invisible, l’inconscient, ou tout simplement la planéité du tableau.

Ce premier recadrage contextuel effectué, demandez-vous maintenant comment le tableau a été effectué…


ConclusionConclusionConclusionConclusionQuiz