Comment améliorer votre mémoire ?

La mémoire ne s'use que si l'on ne s'en sert pas. Sans un entraînement régulier, elle s'endort et réagit plus lentement lorsqu'on la sollicite. Il n'est jamais trop tard pour améliorer ses capacités, car si la mémoire s'assoupit, elle ne se perd pas. Pour la réveiller, il vous faut cultiver la faculté de votre esprit à enregistrer des informations, à les stocker et à les rappeler. Voici quelques astuces pour vous aider.

Comment améliorer votre mémoire ?

La mémoire ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Sans un entraînement régulier, elle s’endort et réagit plus lentement lorsqu’on la sollicite. Il n’est jamais trop tard pour améliorer ses capacités, car si la mémoire s’assoupit, elle ne se perd pas. Pour la réveiller, il vous faut cultiver la faculté de votre esprit à enregistrer des informations, à les stocker et à les rappeler. Voici quelques astuces pour vous aider.

A savoir avant de commencer

Il existe plusieurs formes de mémoire, sensorielle ou émotionnelle par exemple, qui peuvent être de longue ou courte durée. Éprouver des difficultés à retenir certaines informations, comme des numéros de téléphone, ne signifie pas que « vous n'avez pas de mémoire », mais seulement que certaines formes de votre mémoire sont moins efficaces et exercées que d'autres.

Premier objectif : être réceptif à l'information

Trois exercices express pour développer vos capacités
Cliquez pour angrandir l'image.

Trois exercices express pour développer vos capacités

  • Utilisez vos sens au maximum : ils sont les capteurs de l'information enregistrée par votre mémoire sensorielle.
    • Touchez, observez, écoutez, attentivement.
    • Si vous devez apprendre une liste de mots en anglais, visualisez le mot écrit intérieurement, associez-lui le dessin ou l'image correspondant et essayez d'entendre mentalement le son prononcé.
    • Identifiez votre sens le plus en éveil. Si vous avez une mémoire plus auditive, exploitez cet atout : si vous souhaitez par exemple assimiler un texte, lisez-le et répétez-le à voix haute.
  • Cherchez toujours à comprendre : les adultes ne sont pas capables de retenir correctement des données complexes qu'ils ne comprennent pas.
  • Rechercher toujours l'intérêt dans ce que vous apprenez et impliquez-vous émotionnellement. On retient mieux ce que l'on aime, désapprouve, déteste… Le but est de ne pas rester indifférent et de solliciter votre mémoire émotionnelle.
  • Concentrez-vous sur ce que vous êtes en train de faire. Évitez les sources sonores parasites comme la radio ou les interruptions, notamment le téléphone, qui réduisent votre faculté d'assimilation.

Deuxième objectif : organiser les éléments. Quelques conseils

Le conseil de ToutApprendre.com

Les capacités de votre mémoire sont liées au bon fonctionnement de vos facultés mentales, affectives et physiques. Prenez soin de votre corps et de votre moral pour que vos efforts soient payants. Évitez les excitants comme le café et l'alcool car l'anxiété bloque les circuits de rappel de la mémoire. Le tabac est aussi dommageable.
Participer activement à l'organisation des informations est le gage de leur assimilation et de l'amélioration de vos capacités.
  • Utilisez les associations. Certains éléments d'informations ne présentent aucune logique intrinsèque, c'est le cas, par exemple, d'une liste de noms, de courses…
    • La création d'une image visuelle associée vous aidera à les mémoriser.
    • Si vous souhaitez mémoriser le nom de Martin Dupont, vous pouvez imaginer la personne à côté d'un martin-pêcheur sur un pont.
  • Recourrez aussi aux ressemblances sonores.
  • Hiérarchisez et classez les informations. Apprenez à rattacher les nouveaux messages aux anciens.
    • Un nouveau savoir doit trouver sa place parmi ceux qui lui sont rattachés.
    • Si vous avez un client dans une nouvelle ville dont vous n'arrivez pas à retenir le nom, procédez par étape. Cette ville est peut-être proche d'une autre que vous connaissez ? De quel département s'agit-il ? De quelle région ? Identifier l'ordre logique des choses doit vous amener à retenir les données.
  • Dormez suffisamment. Une nuit de sommeil de huit à neuf heures est composée de quatre à cinq phases de sommeil paradoxal pendant lesquelles les données enregistrées le jour vont se fixer dans votre mémoire à long terme.

Troisième objectif : trouver l'information

Pièges à éviter

La mémoire à court terme possède une capacité limitée. Les oublis sont donc normaux. On considère par exemple qu'entre l'entrée d'une information nouvelle et sa sortie, il ne doit pas s'écouler plus de 30 secondes. C'est le temps maximal dont vous disposez par exemple pour consulter un numéro de téléphone dans l'annuaire et le composer. Au-delà, votre mémoire considère qu'elle peut légitimement s'en débarrasser.
Capitale également : la récupération de l'information, c'est-à-dire le processus par lequel une information est recherchée puis restituée.
  • Exercez votre agilité mentale. Votre but est de ne plus connaître les affres de l'expression « J'ai le mot sur le bout de la langue ».
  • Dans ce cas, l'image mentale est souvent bien construite, mais le vocabulaire qui devrait lui être associé ne vient qu'après de nombreux efforts.
  • Il s'agit d'un problème de fluidité verbale. Pour y remédier, utilisez :
    • des jeux de lettres.
    • La pratique du Scrabble, des mots croisés ou fléchés favorise également l'agilité mentale.
    • Si vous êtes passionné de peinture, feuilletez un livre d'art et entraînez-vous à donner rapidement les noms des peintres dont vous voyez les toiles.
  • Restez calme. Le stress rend la récupération de l'information difficile : évitez de vous énerver.
    • Si vous ne savez pas où vous avez rangé vos clefs, concentrez-vous et réfléchissez quelques instants.
    • Pensez à la dernière fois où vous les avez prises en main puis retrouvez le fil de votre parcours.
  • De même, ne soyez pas préoccupé par des oublis qui n'en sont pas. Nous oublions aussi souvent ce que nous voulons oublier…

En savoir plus

Spécialiste de la mémoire, le professeur Alain Lieury est l'auteur de Méthodes pour la mémoire, historique et évaluations paru chez Dunod en 1997 qui fait le bilan des méthodes et de leur efficacité. Cet ouvrage est une référence qui s'adresse à l'origine aux étudiants de psychologie. Plus abordables, ses écrits sur la mémoire de l'enfant et sa réussite scolaire sont recommandés à tous les parents.