Comprendre les origines de l'écriture

Ce mini-cours va vous permettre de découvrir les origines de l'écriture. Il s'adresse à tous ceux qui, collégiens ou adultes, sont désireux de remonter le cours du temps pour découvrir comment est née l'écriture.

ConclusionConclusionConclusionConclusionQuiz

Comment est née l’écriture ?

On a retrouvé plus de 50 mains dessinées en positif come en négatif dans la grotte de Cosquer. Ces mains dateraient d'environ 25000 ans av. J.-C.

Bien entendu, à ses débuts, l’écriture n’avait pas la forme que nous lui connaissons maintenant.

Vers 30 000 avant J.-C.

 Ses premières représentations nous amènent dans la grotte de Gargas.

À ses origines, vers -30 000 avant J.-C., les hommes peignaient avec leurs mains sur les parois des grottes.

  C’est ce qu’on appelle les « mains négatives » .

      Ils posaient leurs mains sur la paroi et projetaient dessus de la peinture liquide.

     Lorsqu’ils enlevaient leurs mains, il restait les contours dessinés comme pour un pochoir.

 On ne sait pas aujourd’hui de manière précise à quoi correspondait ce code.

     Différentes hypothèses sont émises selon lesquelles il s’agirait de « messages de chasseurs ».

     Ces mains, avec parfois des doigts repliés, indiqueraient le gibier que les autres chasseurs pouvaient trouver à cet endroit.

     Cette écriture de « gestes » ne pouvait être parlée.

Vers 3300 av. J.-C.

 Puis, vers 3300 av. J.-C., on retrouve les traces du peuple sumérien en

Mésopotamie. région d’Asie, située entre le Tigre et l’Euphrate
.

 Les Sumériens utilisaient des dessins comme forme de communication.

     Ces dessins avaient l’avantage d’être compréhensibles par tout le monde.

     Tout comme les « mains négatives », ils ne reproduisaient pas la prononciation du mot dans la langue parlée.

 Plus les échanges commerciaux et l’administration s’intensifiaient, plus il leur fallait un moyen de garder en mémoire les transactions effectuées : c’est ainsi qu’est apparue l’écriture.

     À l’aide d’un roseau taillé, ils gravent les pictogrammes dans de grosses tablettes d’argile.

     Au fur et à mesure que l’écriture se développe, les pictogrammes se font de plus en plus abstraits ; tant et si bien qu’ils ne sont plus compréhensibles que pour les habitants d’une même communauté !


Voici comment les Sumériens en -3300 représentaient : <P><img src=images/ombre_gv.gif width=10 height=8 border=0> de l'eau <BR><img src=images/ombre_gv.gif width=10 height=8 border=0> un homme <BR><img src=images/ombre_gv.gif width=10 height=8 border

Bien entendu, à ses débuts, l’écriture n’avait pas la forme que nous lui connaissons maintenant.

Vers 30 000 avant J.-C.

 Ses premières représentations nous amènent dans la grotte de Gargas.

À ses origines, vers -30 000 avant J.-C., les hommes peignaient avec leurs mains sur les parois des grottes.

  C’est ce qu’on appelle les « mains négatives » .

      Ils posaient leurs mains sur la paroi et projetaient dessus de la peinture liquide.

     Lorsqu’ils enlevaient leurs mains, il restait les contours dessinés comme pour un pochoir.

 On ne sait pas aujourd’hui de manière précise à quoi correspondait ce code.

     Différentes hypothèses sont émises selon lesquelles il s’agirait de « messages de chasseurs ».

     Ces mains, avec parfois des doigts repliés, indiqueraient le gibier que les autres chasseurs pouvaient trouver à cet endroit.

     Cette écriture de « gestes » ne pouvait être parlée.

Vers 3300 av. J.-C.

 Puis, vers 3300 av. J.-C., on retrouve les traces du peuple sumérien en

Mésopotamie. région d’Asie, située entre le Tigre et l’Euphrate
.

 Les Sumériens utilisaient des dessins comme forme de communication.

     Ces dessins avaient l’avantage d’être compréhensibles par tout le monde.

     Tout comme les « mains négatives », ils ne reproduisaient pas la prononciation du mot dans la langue parlée.

 Plus les échanges commerciaux et l’administration s’intensifiaient, plus il leur fallait un moyen de garder en mémoire les transactions effectuées : c’est ainsi qu’est apparue l’écriture.

     À l’aide d’un roseau taillé, ils gravent les pictogrammes dans de grosses tablettes d’argile.

     Au fur et à mesure que l’écriture se développe, les pictogrammes se font de plus en plus abstraits ; tant et si bien qu’ils ne sont plus compréhensibles que pour les habitants d’une même communauté !


ConclusionConclusionConclusionConclusionQuiz
ToutApprendre.com sur Facebook ToutApprendre.com sur Youtube Flux RSS ToutApprendre