Voir les mini-cours qui ont également intéressés les lecteurs de ce cours :

Les grands principes d’une bonne gestion de projet.

Ce mini-cours va vous permettre de découvrir les grands principes d'une bonne gestion de projet. Il s'adresse à toutes les personnes qui ont un projet à mettre en œuvre, ainsi qu'à celles qui vont ou qui souhaiteraient passer à l'acte mais qui manquent d'outils méthodologiques.

ConclusionConclusionConclusionConclusionQuiz

Les acteurs du projet : le chef de projet et l'équipe

Pour qu'un projet voie le jour, deux éléments sont indispensables :<P><img src=images/ombre_gv.gif width=10 height=8 border=0> un chef de projet <BR><img src=images/ombre_gv.gif width=10 height=8 border=0> une équipe.

Les conseils et outils dispensés dans ce mini-cours peuvent tout à fait s’appliquer dans le cadre de l’élaboration d’un projet à titre professionnel ou privé.

Par exemple : un projet de long voyage entre amis, un événement au sein d’une association de quartier, une fête dans l’association des parents d’élèves de l’école de votre enfant, le lancement d’un nouveau produit au sein de votre entreprise, etc.

Pour la construction d'un projet quel qu'il soit deux étapes préalables s'imposent : la désignation d'un chef de projet et la validation de l'engagement de l'équipe.

Désigner le chef de projet

Pour des raisons d’organisation et d’efficacité, il est impératif qu’il y ait ce que l’on appelle un chef de projet  ou un manager opérationnel :

C’est une personne qui coordonne, anime, fixe des objectifs, planifie, suit, évalue, négocie, résout les problèmes, prend des décisions, et précise le rôle de chacun des participants au projet.

Il est le chef d’orchestre de l’action du groupe et cela évite, par exemple, que deux personnes n’effectuent une même tâche.

Il peut être désigné, élu, ou encore recruté ; tout dépend si le projet se réalise au sein d’une entreprise, d’une association, ou d’un groupe informel.

Valider l'engagement de l'équipe

Avant le lancement officiel du travail sur le projet, il est préférable de sonder les membres probables, d’évaluer les raisons de l’engagement, et la motivation de chacun.

Pour ce faire on peut s'aider du tableau présenté ci-contre qui servira de base à une discussion ouverte au sein du groupe. Comment le remplir ?

Prenons un exemple :

Vous êtes salarié d’une entreprise qui doit réaliser un projet social et l’idée retenue est une campagne de prévention sur le sida au sein des lycées.

Vous pouvez trouver que l’idée répond à des préoccupations actuelles de société (Valeurs), mais que la grande complexité politique actuelle rendra difficile la mise en œuvre du projet et risque de le desservir (Utilité). Enfin, une telle participation vous intéresse dans la mesure où des jeunes s’y associent (Envie).

Ainsi vous auriez rempli le tableau tel que présenté ci-contre.

Chacun ayant rempli individuellement ce tableau, la mise en commun permet de faire un point sur les motifs de refus ou d’engagement, sur les blocages et les réticences de chacun. À ce moment-là, certaines décisions peuvent s’imposer, comme ne pas retenir une personne, car manager un projet avec des opposants n’est pas chose aisée.

Par ailleurs, afin d’évaluer au mieux l’engagement des personnes au projet, il est essentiel d’établir un point sur ce qu’elles peuvent espérer et apporter en terme de connaissances et de compétences.

Le groupe est constitué d’un ensemble de personnes qu’on peut appeler « l’équipe-projet ». Chacun de ses membres doit travailler avec les autres pour atteindre l’objectif escompté. Afin de limiter les possibilités de conflit entre les individus pour des raisons de pouvoir ou de frustration, il est alors possible de rédiger les règles qui régissent la vie du groupe sous la forme d’une charte.


Exemple de tableau qui peut servir de base à une discussion.

Les conseils et outils dispensés dans ce mini-cours peuvent tout à fait s’appliquer dans le cadre de l’élaboration d’un projet à titre professionnel ou privé.

Par exemple : un projet de long voyage entre amis, un événement au sein d’une association de quartier, une fête dans l’association des parents d’élèves de l’école de votre enfant, le lancement d’un nouveau produit au sein de votre entreprise, etc.

Pour la construction d'un projet quel qu'il soit deux étapes préalables s'imposent : la désignation d'un chef de projet et la validation de l'engagement de l'équipe.

Désigner le chef de projet

Pour des raisons d’organisation et d’efficacité, il est impératif qu’il y ait ce que l’on appelle un chef de projet  ou un manager opérationnel :

C’est une personne qui coordonne, anime, fixe des objectifs, planifie, suit, évalue, négocie, résout les problèmes, prend des décisions, et précise le rôle de chacun des participants au projet.

Il est le chef d’orchestre de l’action du groupe et cela évite, par exemple, que deux personnes n’effectuent une même tâche.

Il peut être désigné, élu, ou encore recruté ; tout dépend si le projet se réalise au sein d’une entreprise, d’une association, ou d’un groupe informel.

Valider l'engagement de l'équipe

Avant le lancement officiel du travail sur le projet, il est préférable de sonder les membres probables, d’évaluer les raisons de l’engagement, et la motivation de chacun.

Pour ce faire on peut s'aider du tableau présenté ci-contre qui servira de base à une discussion ouverte au sein du groupe. Comment le remplir ?

Prenons un exemple :

Vous êtes salarié d’une entreprise qui doit réaliser un projet social et l’idée retenue est une campagne de prévention sur le sida au sein des lycées.

Vous pouvez trouver que l’idée répond à des préoccupations actuelles de société (Valeurs), mais que la grande complexité politique actuelle rendra difficile la mise en œuvre du projet et risque de le desservir (Utilité). Enfin, une telle participation vous intéresse dans la mesure où des jeunes s’y associent (Envie).

Ainsi vous auriez rempli le tableau tel que présenté ci-contre.

Chacun ayant rempli individuellement ce tableau, la mise en commun permet de faire un point sur les motifs de refus ou d’engagement, sur les blocages et les réticences de chacun. À ce moment-là, certaines décisions peuvent s’imposer, comme ne pas retenir une personne, car manager un projet avec des opposants n’est pas chose aisée.

Par ailleurs, afin d’évaluer au mieux l’engagement des personnes au projet, il est essentiel d’établir un point sur ce qu’elles peuvent espérer et apporter en terme de connaissances et de compétences.

Le groupe est constitué d’un ensemble de personnes qu’on peut appeler « l’équipe-projet ». Chacun de ses membres doit travailler avec les autres pour atteindre l’objectif escompté. Afin de limiter les possibilités de conflit entre les individus pour des raisons de pouvoir ou de frustration, il est alors possible de rédiger les règles qui régissent la vie du groupe sous la forme d’une charte.


ConclusionConclusionConclusionConclusionQuiz
ToutApprendre.com sur Facebook ToutApprendre.com sur Youtube Flux RSS ToutApprendre